Des histoires, encore et encore
1 décembre, 2009 @ 8:40 ambiance,MARIAGE,sur la toile

Parce qu’un mariage se veut être la plus belle journée de votre vie, voici un récit qui vous fera peut être changer d’avis. Les imprévus et la nature humaine font que cette journée soit UNIQUE ! (n’est ce pas)
Bonne lecture, et pour plus de fun d’émotion, allez voir sur le site http://www.momentdesolitude.com

Zadzig du blog – 04/11/2009

Le mariage, c’est vrai que c’est un “parcours-aventure” qui nécessiterait presque une préparation physique et psychologique.

En premier lieu, il y a l’annonce! Une fois la demande romantique faite à votre chère et tendre, il faut informer la famille. J’ai eu l’occasion de tester pour vous les deux types de réactions possibles.
La joyeuse. Celle de mes parents, qui pleurent comme des enfants de 5 ans, qui vous étouffent, vous prennent dans leur bras et balbutient des phrases confuses où surnagent deux ou trois mots comme “amour”, “famille” ou “bonheur”…
La glaciale. Celle où vous avez l’impression d’avoir apris à Belle-Maman le décès de quelqu’un. Silence pesant. Sourires crispés. Envie de boire la bouteille de champagne au goulot pour vous détendre. Discussion polaire et ambiance de fête roumaine sous Ceausescu.

Après, il faut choisir, le lieu, le traiteur, le DJ… Et puis, il y a la question de la tenue… Ma future femme s’est faite happée par sa mère et sa sœur pendant tous les samedis de l’automne pour courir les magasins de robe de mariée.
Dans notre cas, nous avons respecté la tradition. Je n’ai pas vu la robe de ma future femme mais nous en avons quand même pas mal discuté afin d’éviter un traumatisme nuptial. Personnellement, j’avais une angoisse, c’était de voir arriver en ombre chinoise au fond de l’allée de l’église un chou à la crème géant avec nœud-nœud et frou-frou à volonté.
En fait, en parlant préalablement, nous nous sommes aperçus que nous étions tout à fait sur la même longueur d’onde.
Pour ma part, j’ai écumé les magasins spécialisés et autres enseignes de luxe et j’ai fini par trouver LE costume. Celui où vous n’avez pas l’air d’un pingouin obèse ni d’un banal jeune cadre dynamique qui va bosser.

Les mois passent, les choses avancent, la pression monte.
Il faut toujours savoir tenir le calendrier et s’occuper des détails. Et GERER les familles.


Le grand moment est le placement des invités à table. Vous convoquez les parents pour un déjeuner entièrement consacré à la question. A côté de cette rencontre, une conférence internationale sur le processus de paix au Proche-Orient, c’est un gouter d’anniversaire de premiers de la classe.
Pour ou contre le mélange des familles, pour ou contre Tata Jeanine à côté du cousin Michel, pour ou contre les enfants de 5 ans avec les enfants de 8 ans à table… Vous passez en revue toutes les haines familiales recuites et ça achève de vous donner une vision apocalyptique des relations humaines… Vous remettez ça avec les copains. Machin qui ne peut pas voir Truc parce que ce n’est rien qu’une allumeuse. Bidule qui ne peut pas encaisser Chose parce que c’est rien qu’un bonnet de nuit pas drôle. Ne pas mettre Machinette qui est sortie avec Trucmuche un soir où elle était bourrée à côté de sa nouvelle copine…
Évidemment, au moment où c’est à peu près terminé, vous vous rendez compte que vous avez oublié Tonton Roger. Vous savez celui qui ronfle pendant la cérémonie, qui se réveille quand c’est l’heure du buffet tout en clamant que c’est beaucoup moins bon qu’au mariage de SA fille… C’est reparti pour faire l’historique de la vie de Tonton Roger et ses affinités ou haines potentielles avec d’autres… Et vous passez trois heures à lui trouver une bonne place à table…

Les semaines passent, tout se prépare bien… Comme la plupart des jeunes mariés, on veut un mariage qui nous ressemble. Tout est donc murement pensé : déco, musique, cérémonie. Alors, bien sur, on fait attention à tous les détails.
Pourtant, il faut toujours savoir faire face aux petits imprévus avec bonne humeur et décontraction. Si, si, avec bonne humeur et décontraction on a dit!
Arriver à rire quand ma belle-sœur nous avoue deux jours avant le jour J qu’elle pense balancer des petits cœurs jaunes en papier crépon à la sortie de l’église, alors que depuis des mois, nous nous battons avec ma future épouse pour éradiquer le papier crépon, coordonner les couleurs et éviter les cœurs.

Savoir garder son calme devant le DJ quand vous lui expliquez pour la troisième fois consécutive que : – vous ne voulez pas de jeux débiles où Mamie en fin de soirée se retrouve à faire des trucs drôle au milieu de la piste, – que vous lui collez un procès s’il ose passer la “danse des canards” et autres “petit bonhomme en mousse”, – qu’il doit se limiter à passer la musique et ne pas se la jouer animateur de campagne en direct de la foire au boudin de Pougues-les-Eaux.

Parvenir à rester calme quand ma Belle-mère nous balance froidement que notre choix de faire-part est bien fade, notre choix de musique d’entrée bien triste et notre choix de faire une liste de mariage dans une agence de voyages bien bête.

Bien sur, le Jour J, on oublie tout ça et le bonheur est assez indescriptible.
Je suis au bord des larmes quand je vois ma femme, je me demande si je vais réussir à ne pas me laisser submerger par l’émotion.

Et puis, soudain, j’aperçois, un truc entrant dans la Mairie, qui me fait instantanément revenir à la réalité.

Une pomme golden surmontée d’une barbapapa géante.

Moins fade, triste et bête que tout le monde : ma Belle-mère, bien sur!

-monamoureuxsemarie
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gucci158
| CAMEROON24 .. l'info camero...
| Blog du niveau intermédiaire